Marie Viennot (Gen X) : La génération Z arrive au travail : pour faire la Révolution ?

Ils/ elles ont bloqué leur fac, subi le report de leur partiels, seront bientôt diplômé.es ou travaillent déjà pour une start-up. On les dit ultra connecté.es, en quête de sens, réfractaires à la hiérarchie ! Les jeunes né.es après 95 vont-ils bouleverser les entreprises ? Ou n’est-ce qu’une fable ?

J’avais délaissé Hugo, le générateur de site statique écrit en Go. Essentiellement pour des questions d’interface-utilisateur et de ce processus de publication obligeant toujours de commiter chez GitHub.

Plusieurs points m’encouragent aujourd’hui à reprendre le clavier. La redécouverte de l’interface de publication chez Forestry (en attendant un réglage de point de terminaison micropub…), sans oublier le fait de pouvoir rejoindre et interagir avec la communauté micro.blog.

Très inspiré par tous les propos de Manton Reece pour diposer ici d’un petit microblog semblable à un tweet qui soit hébergé chez moi et syndiqué sur le service. Hugo et micro.blog me semblent une belle combinaison pour avancer sur l’indieweb social.

Les sections de microposts et de photoposts de ce thème, associées à la facilité d’écrire un post m’enthousiasment. Nous verrons si cela durera. J’aimerais terminer rapidement les réglages de ce site pour le monter au niveau 2 de l’indieweb pour retrouver le plaisir d’✍️.

Merci Hugo 🍀 Merci @manton micro.blog. 💛

Ce post n’a pas de titre

Dans la plupart des plateformes de blogs modernes, la première chose que vous voyez au début d’un nouveau message c’est le champ de titre. Si vous savez exactement ce que vous allez écrire, peut-être est-il bien de commencer par le titre. Mais pour beaucoup de gens, choisir un titre c’est une corvée. C’est une autre opportunité de choix, ce qui signifie que c’est une opportunité d’abandonner avant de terminer le post.

Nous voyons comment les titres peuvent aussi introduire des frictions dans le processus d’écriture en dehors des blogs. En 2009, l’auteur de Daring Fireball [John Gruber a écrit un essai sur la friction][1] dans les langages de programmation et pourquoi il est courant de taper dans une nouvelle fenêtre sans titre qui n’a jamais été sauvegardée :

Le frottement c’est la résistance. Par conséquent, des fenêtres de document sans titre contenant des heures de travail non enregistrées - il y a une idée dans votre tête que vous voulez exprimer ou explorer, et le chemin de la moindre résistance est de frapper Command-N et de commencer à travailler.

C’est comme ça que les blogs devraient être aussi. Commencez juste à écrire.

Une partie du microblogging indépendant revient à la simplicité des articles sans titre. Lorsque vous écrivez un article de microblog dans WordPress, laissez simplement le titre vide, et si nécessaire mettez à jour le modèle de publication pour ne pas inclure le titre en HTML ou le flux RSS.

Vous constaterez peut-être que certains lecteurs de flux ne traitent pas correctement les publications sans titres, en insérant souvent “ Untitled ” pour le titre car ils s’attendent à ce que quelque chose soit présent. Si vous voyez cela, la meilleure solution est d’envoyer un email au développeur et de lui demander de l’adresser. Le fait de contourner le problème avec de faux titres (dates, nombres ou parties du texte) garantira uniquement que les développeurs clients n’amélioreront jamais leurs applications pour gérer les publications sans titre.